Thibaud SURINI

poèmes

 

 

                                                                                                                        

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Illustration Mélanie Trommenschlager

​​​​​​​​​​​

Biographie de l'auteur (par lui-même)

Je me nomme Thibaud Surini. Né en 1984 en Seine-et-Marne (77), je vis désormais en Alsace. Je voue ma principale activité professionnelle à l’essor de la filière forêt-bois dans l’est de la France. D’une formation initiale scientifique, je développe toutefois un attachement particulier aux mots de la langue française depuis ma plus tendre enfance. Je deviens rapidement adepte de mots croisés à mes heures perdues, ou de quelques parties de Scrabble en famille, avant de rédiger de premiers textes pour mes camarades de classe, mes proches ou pour moi-même (discours, poèmes, etc.).

Le Désespoir des Songes

 

Il est un monde bien secret,

Que l’on retrouve la nuit tombée,

Plein de mystères et de curiosités,

Qui s’exposent à nos paupières abaissées.

 

Il se veut éphémère, il peut être sous-jacent,

Ce mirage plus que vrai, projeté sur grand-écran,

Qui nous rappelle à l’ordre, à la réalité,

Celle des douleurs ouvertes, aux craintes éveillées.

Quand la nuit est cruelle, panique sur l’oreiller.

 

On voudrait parfois fuir, il montre notre lâcheté.

Il renforce notre cuir, face aux contrariétés.

Ce cauchemar que l’on voudrait pourtant oublier,

Qui s’évanouit sitôt qu’on a décidé d’affronter

Ces difficultés qui sont surtout nos priorités.

 

Une volonté commune de poursuivre ses rêves ?

Mais qu’en est-il de ceux qui nous rongent ?

On voudrait être paisible, au final, pas de trêve.

Le reflet de sa vie, ce désespoir des songes.

Cœur de tiers

Instinct grégaire, en famille ou en société,

Comment vivre ensemble quand on est confinés ?

Quelles émotions en l'absence de rencontres,

Quand les aiguilles se figent sur la montre ?

 

Car l'humain sait donner partage et entraide,

Quand il n'est pas bloqué par des intermèdes,

Quand il n'est pas victime d'interférences,

Qui le mènent trop à lui et à l'indifférence.

 

D'abord un, puis deux, et bientôt beaucoup plus,

À plusieurs, les idées deviennent consensus

Les épreuves s'effacent par ces alliances

Et les amitiés se créent en toute confiance.

 

Un fond de bonté, délivrée sur la main,

L'envie de se revoir, et sourire dès demain.

L'inconnu, qu'on nous décrit enfant, menaçant,

S'avère bien souvent un soleil adjacent.

Dans ton sillage

 

Nous étions faits pour traverser tous les âges.

Sans bague au doigt, notre forme de mariage.

Cette complicité, notre premier avantage.

L'Amour d'une vie, et sans aucun trucage.

 

 

Du jour au lendemain, un tout autre visage,

Qui m'a laissé seul avec un mauvais présage.

Tu t'es éloignée, personne dans les parages.

Une ombre, un silence, avant que n'éclate l'orage.

 

 

Inversion de polarité, quel dommage !

Ma présence non souhaitée, j'ai compris le message.

De tes gestes affirmés, j'ai perçu les cordages.

 

 

De notre voie suivie, je revois le traçage.

J'y retourne attendri, attendant ton passage.

Retrouvons-nous, amis, ouvrons une autre page.

Portrait.jpg